Femmes de paix


31 Mar
31Mar

Sarah est une jeune militante pacifiste rennaise. Pour conclure la soirée programmée en visio voilà quelques jours par le Mouvement de la Paix, elle décrivait les actions citoyennes menées par sa génération comme moins collectives que celles de leurs aîné-es. « On essaie - disait-elle – de chercher la paix au jour le jour par le dialogue, les échanges, les voyages. Notre regard est différent parce que pour la plupart d'entre nous, nous n'avons pas connu de guerre proche. » Impressionnée par les mots des différentes femmes qui témoignaient d'un bout à l'autre de la planète, elle déplorait le manque d'engagement des jeunes « happés par le quotidien » dans une société « où tout va vite ».


Il faut reconnaître qu'elles ne manquaient pas d'enthousiasme au récit de leurs engagements ces femmes porteuses de paix. Pourtant, « le travail des femmes pour la paix n'est pas visible ni valorisé » regrettait la journaliste croate Shura Dumanic relatant la solitude des militantes de son pays qui ne reçoivent aucun soutien de l'état et ne peuvent compter que sur des ONG ou des associations religieuses européennes.


« Si on ne commence pas par les enfants, 

on ne garantira jamais l'existence de la paix ni de l'égalité »


De Nabila la Palestinienne à Birgitta l'Allemande en passant par Mina en Algérie ou Fatema au Maroc, toutes leurs voix ont loué la force des femmes dans ce combat difficile pour la paix. « Quand la société civile agit de manière efficace pour promouvoir des objectifs de paix – a rappelé Birgitta Meier depuis Erlangen – les femmes sont toujours aux premiers rangs ». Et c'est bien pour cette raison que le Mouvement de la Paix avait choisi cette année encore de les mettre en lumière à l'occasion du mois de mars consacré à Rennes aux droits des femmes.


Pour beaucoup d'entre elles, la construction de la paix passe par l'éducation. A Gaza, Nabila Kilani, enseignante d'anglais et fondatrice d'un centre éducatif et culturel, l'affirme : « si on ne commence pas par les enfants, on ne garantira jamais l'existence de la paix ni de l'égalité. » Et elle semble bien partie, elle qui a initié son projet en 2009 avec deux enfants et en accueille aujourd'hui 120 ! « On est en train de rouvrir l'esprit des enfants – dit-elle - de leur donner de l'espoir pour un avenir meilleur pour eux-mêmes et pour toute la Palestine ».


De son côté, la Japonaise Miho Shimma qui se bat sans relâche contre les armes nucléaires a aussi choisi entre autres de s'adresser aux enfants. « Un jour j'ai vu des enfants français qui jouaient à la guerre atomique » raconte-t-elle ; c'est comme ça qu'est né son livre l'Enfant Bonheur, aujourd'hui édité en français mais aussi traduit en anglais, en italien, en allemand et même dans une langue indienne.


« Les femmes sont les premières victimes

 du réchauffement climatique dans de nombreux pays »


Les femmes qui s'engagent pour la paix le font aussi pour plus d'égalité. En Allemagne, Birgitta Meier en témoigne, les mouvements pacifistes travaillent en « convergence avec les mouvements féministes » mais aussi les mouvements écologistes. « On ne peut pas faire d'éducation à la paix sans montrer le rôle que jouent les femmes pour faire progresser ces idées – dit-elle - mais sans se rapprocher également des mouvements écologistes puisque les femmes sont les premières victimes du réchauffement climatique dans de nombreux pays ».


Féminisme et environnement, il en était aussi question avec Mina Cheballah qui conduit en Algérie un projet avec des militantes féministes auprès d'autres femmes cultivatrices. « L'aboutissement du projet – explique-t-elle – est la sauvegarde de semences ancestrales par la création d'une banque de semences communautaire afin de permettre aux travailleuses de la terre de ne plus dépendre des grandes firmes qui les obligent à racheter des semences chaque année. »


Des firmes internationales mises en accusation par ailleurs par Miho Shimma au nom de ses engagements auprès des villes de Hiroshima et Nagasaki mais aussi de l'atoll de Bikini d'où elle est originaire et qui porte encore les séquelles des essais nucléaires américains des années 70. « Quand je diffuse des informations sur les bombes atomiques – dit-elle – je ne parle pas que des victimes d'armes nucléaires, je parle aussi des victimes des essais nucléaires ». 

Même préoccupation chez Tran to Nga. « J'étais sous les bombardements, j'ai enterré des camarades de mes propres mains » témoigne celle qui a 80 ans ne désarme pas dans sa lutte contre l'agent orange, responsable au Vietnam de nombreux décès et de malformations toujours présentes sur la quatrième génération de population. « J'ai commencé toute seule – dit-elle en évoquant le trop long procès qui l'occupe depuis dix ans – mais aujourd'hui j'ai des milliers et des milliers d'ami-es qui m'entourent dans le monde entier et mon combat va continuer car l'agent orange est l'ancêtre des pesticides et autres produits toxiques qui continuent à empoisonner notre Terre. »


Des femmes déterminées qui malgré l'ampleur de la tâche gardent leur enthousiasme dans leur lutte pour la paix. Et qui illustrent parfaitement la conclusion de la jeune Sarah : « pour moi, la paix aujourd'hui c'est favoriser le lien social car c'est la méconnaissance des autres cultures qui mène sinon à la guerre au moins aux fractures entre les êtres humains. Malheureusement, je sens que ce sens du combat se perd un peu avec ma génération alors qu'on pourrait apporter nos compétences dans les associations. » Un constat qui est peut-être déjà un début d'engagement.

Geneviève ROY 

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.