La voix d'une femme


04 Mar
04Mar

« Pour moi, l'émotion c'était d'avoir le public dans la salle ». On sent la déception dans la voix de Françoise Cognet. Dans cette programmation 2021, elle ne sera sans doute pas la seule à souffrir de ce manque. Manque de contact, manque de chair. Et pourtant, le thème qu'elle a choisi de décliner cette année n'en manque pas ! Au contraire, on est dans l'humain, le vrai, celui qui a des sentiments et des contradictions, des forces et des fêlures.


Au cœur de son projet, Françoise Cognet, fidèle des journées du mois de mars à Rennes, a mis une pièce de théâtre « La Voix humaine ou le fil est coupé », un texte de Jean Cocteau qu'elle joue seule et qu'elle a enregistré. Comme lors d'une conversation téléphonique, il n'y a que la voix et un téléphone, à la fois objet qui rapproche et qui éloigne brutalement lorsque le « fil » est coupé. Faute de pouvoir, comme prévu, le projeter dans la salle du Jeu de Paume (spectacle prévu initialement le 17 mars) ce montage audio-visuel est accessible en ligne depuis le 1er mars.


« Le texte est ancien puisqu'il date de 1927 et a été donné à la Comédie Française en 1930 » raconte la comédienne qui s'amuse de cette époque lointaine où des opératrices étaient requises pour assurer la communication entre les détenteurs de téléphones. Une communication souvent difficile comme l'exprime ce texte de Cocteau qui met en scène une femme au bord de la rupture, seule en scène face à un interlocuteur qu'on devine sans jamais l'entendre. « Il y a quelques mots un peu datés, mais l'histoire n'est pas démodée » assure Françoise Cognet que l'on sent touchée par cette femme un peu pathétique, qui s'accroche à son amant, « qui se veut forte mais se sent abandonnée ». Elle pleure au téléphone, supplie, demande pardon...


Aux prises avec une double vie amoureuse


Dans le texte de Cocteau, il est question d'absence, de mensonge, de trahison. « Y a-t-il égalité de genre dans les relations amoureuses ? » s'interroge Françoise Cognet qui en avait fait le thème de la soirée du Jeu du Paume. La pièce dure trente minutes et devait être suivie d'un échange avec Marie-Carmen Garcia. Parce qu'il est question d'amours illégitimes, la comédienne rennaise avait fait appel à cette universitaire lyonnaise, sociologue, autrice d'enquêtes sur les amours clandestines dont le prochain ouvrage publié ce printemps conclut une enquête menée pendant dix ans auprès de femmes et d’hommes aux prises avec la double vie amoureuse.
Sa présence ne sera donc pas possible à Rennes ces jours-ci mais il reste possible de retrouver son travail et d'échanger à distance avec elle pour celles et ceux qui le souhaiteraient (voir ci-dessous).


« Je ne voulais pas un-e romancier-ère - dit encore Françoise Cognet – je voulais que ça parte de faits concrets et d'analyses pas d'une histoire fantasmée, qu'elle soit belle ou moche ! » Il semble qu'il n'y ait pas grand chose en littérature sur cette question ; Marie-Carmen Garcia est une des rares chercheur-ses à travailler sur ce sujet. Son apport universitaire complète donc le texte littéraire ; les deux pouvant se voir et s'entendre séparément.

Quant au montage photos réalisé à partir de clichés signés également Françoise Cognet que l'on connaît pour ses talents photographiques, c'est dit-elle « quelque chose d'assez personnel » qu'elle a voulu non pas pour « doubler le texte mais comme un appui aux mots de Cocteau ».


Geneviève ROY


Pour aller plus loin 

Sur le travail de Marie-Carmen Garcia  - marie-carmen.garcia@univ-lyon1.fr - : deux émissions à écouter : Pandémie : et l’amour maintenant? 
Adultère, une liaison dangereuse ?


La Voix Humaine de Jean Cocteau – texte dit par Françoise Cognet sur un montage photos réalisé par Michel Dancette à partir des photos de Françoise Cognet Vidéo partie 1 - 15mn -  Vidéo partie 2 – 15mn -

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.